JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

La contraception en Egypte antique

Tombeau d'un scribe 18e dynastie

femmes Ă©gyptiennes

« En médecine, les égyptiens laissent le reste du monde à la traîne » Homere, savant grec, 8e siècle av. JC. 

Nous relayons ici un article du journal français Nouvel Observateur :

Saviez-vous que les Égyptiens antiques connaissaient à peu près toutes les méthodes de contraception modernes ? Et qu’ils ont également conçu le tout premier test de grossesse connu ?
Par quel moyen ? Comme l’a expliquĂ© l’Ă©gyptologue de renommĂ©e mondiale Christiane Desroches-Noblecourt dans son ouvrage « Le fabuleux hĂ©ritage de l’Égypte », les femmes humectaient chaque jour un Ă©chantillon d’orge et d’amidonnier (une sorte de blĂ©) avec leur urine. Si l’orge poussait, cela signifiait que l’enfant serait un garçon ; si l’amidonnier poussait, ce serait une fille. Si aucun des deux ne poussait, cela voulait dire que la femme n’était pas enceinte. L’efficacitĂ© de ce test a Ă©tĂ© confirmĂ©e par la science moderne. L’urine des femmes qui ne sont pas enceintes empĂŞche en effet l’orge de pousser…

Statuette en bois- musée du caireOn retrouve les premières traces de préservatifs vers 1350 avant JC en Égypte. Le préservatif était alors composé de lin coloré, trempé dans l’huile d’olive. Il était utilisé sur les momies par les embaumeurs, mais nous ne savons pas si c’était pour des raisons sacrée ou sexuelles.

On a aussi connaissance de préservatifs fabriqués à partir de membranes intestinales de moutons, surtout utilisés contre les maladies infectieuses.

Pour empêcher la grossesse, on utilise couramment la pilule contraceptive, composée d’hormones (œstrogènes) censées inhiber une partie du cerveau (le complexe hypotalamo-hypophysaire), et ainsi empêcher le développement d’un fœtus. Les Égyptiens anciens semblaient avoir compris cela car ils utilisaient des pilules artisanales.

En réduisant en poudre des graines de grenade, il fabriquaient grâce à de la cire des petits cônes contraceptifs. En effet, le fruit du grenadier contient un œstrogène naturel !

Et ce n’est pas tout. Les Égyptiens utilisaient aussi des crèmes que l’on pourrait comparer avec nos spermicides actuels. MĂ©langĂ©s Ă  du miel, des dattes ou Ă  d’autres substances, des excrĂ©ments de crocodiles ou d’élĂ©phants Ă©taient rĂ©gulièrement utilisĂ©s dans les pommades et onguents prescrits, voici près de 3800 ans, par les mĂ©decins Ă©gyptiens. Leur fermentation en faisait d’excellents spermicides.

Les pyramides sont donc loin d’être les seules traces d’ultra-modernitĂ© de ce peuple… Et comme souvent, nous avons davantage amĂ©liorĂ© les techniques existantes plutĂ´t qu’inventĂ© de nouvelles 

Source : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/2227-contraception-les-egyptiens-avaient-tout-invente.html


Partagez sur FacebookPartagez sur Facebook